La théorie de l’attachement de John Bowlby à nos jours

John Bowlby a constaté, dans le cadre de son travail auprès des enfants placés en institution, que ceux-ci développaient fréquemment des problèmes émotionnels et une incapacité à nouer des relations intimes et durables avec les autres. Il s'est inspiré des théories éthologiques pour élaborer la théorie de l'attachement.


Les comportements d'attachement sont des gestes et des signaux visant à promouvoir et à maintenir la proximité avec les personnes qui s'occupent des enfants, par exemple : pleurer, babiller, saisir. Les bébés forment donc des liens d'attachement avec leurs aidants, tandis que les aidants nouent des liens avec les bébés.



Bowlby a proposé quatre phases d'attachement :


- Phase 1 (0-3 mois) : réactivité sans discernement. Les bébés, dans les premiers mois de leur vie, réagissent de manière similaire à différentes personnes.


- Phase 2 (3-6 mois) : se concentrer sur les personnes familières. Les réactions s'orientent vers des personnes sélectives, en particulier la personne qui s'occupe de l'enfant à titre principal.


- Phase 3 (6 mois-3 ans) : attachement intense et recherche de proximité. Les nourrissons s'attachent intensément, généralement à la personne qui s'occupe d'eux, et manifestent de la détresse s'ils sont abandonnés (anxiété de séparation) et de la méfiance envers les étrangers (peur de l’étranger). Au fur et à mesure que la mobilité augmente, les bébés commencent à essayer de suivre la personne qui s'occupe d'eux.


- Phase 4 (3 ans - âge adulte) : comportement de partenariat. L'enfant devient plus conscient des actions de la personne qui s'occupe de lui, ce qui lui permet de partir et de travailler davantage en partenariat.




Bowlby a eu un impact majeur sur les pratiques d'éducation des enfants. Il a décrit que la séparation conduit à un processus de protestation, suivi du désespoir puis du détachement.


Le travail d'attachement a été poursuivi par Mary Ainsworth. Elle s'est intéressée à la manière dont les bébés utilisaient les mères comme base sûre à partir de laquelle ils pouvaient explorer. Leurs réactions ont été étudiées à l'aide de la procédure des situations étranges. Le bébé, et la personne qui s'occupe de lui, entrent dans une pièce inconnue, contenant un écran de visualisation à sens unique. Un étranger entre et la personne qui s'occupe du bébé le quitte pendant une période de temps prédéterminée, puis revient. Les réactions du bébé sont observées à chaque étape. À partir de ce travail, Ainsworth a décrit trois modèles d'attachement (Ainsworth et al 1978), puis en a ajouté un quatrième.




On s'intéresse de plus en plus aux implications de l'attachement pour la vie adulte. L'entretien sur l'attachement des adultes développé par Mary Main cherche à examiner les perceptions des adultes sur leurs premières relations. Quatre catégories d'attachement adulte ont été décrites, qui, à leur tour, ont été liés à l'enfance. Il s'agit d'un domaine de recherche en cours de développement. La recherche suggère que le modèle d'attachement exprimé par les mères peut déterminer l'attachement des nourrissons. Les styles d'attachement sont également examinés en relation avec des maladies mentales spécifiques, bien qu'il n'existe encore que peu de liens solides.

1360 avenue de la Justice de Castelnau, 34090 Montpellier

  • Blanc Facebook Icône
  • Psy sur Twitter