top of page

La pyromanie

Dernière mise à jour : 13 août 2022

Sommaire :



Introduction

« – Je le connais votre type, me dit-il. Il s’appelle Érostrate. Il voulait devenir illustre et il n’a rien trouvé de mieux que de brûler le temple d’Éphèse, une des sept merveilles du monde.
– Et comment s’appelait l’architecte de ce temple ?
– Je ne me rappelle plus, confessa-t-il, je crois qu’on ne sait pas son nom.
– Vraiment ? Et vous vous rappelez le nom d’Érostrate ? Vous voyez qu’il n’avait pas fait un si mauvais calcul ».
« Érostrate », Le Mur, Jean-Paul Sartre


La pyromanie, ou l'allumage intentionnel d'un feu, a une longue et sombre histoire. Chaque année aux États-Unis, on compte 250 000 à 500 000 incendies criminels, soit 25 % de tous les incendies américains. Selon certaines données britanniques, environ 10 % des incendiaires sont des pyromanes récidivistes et ce pourcentage semble augmenter. L'incendie criminel est un crime dont l'impact est énorme comme on a pu le voir depuis le début de cet été 2022 en France et dans de nombreux pays d’Europe.


Dans le monde entier, il entraîne des dommages financiers importants, des blessures graves ou même la mort. Aux Pays-Bas, les auteurs d'incendies criminels peuvent être contraints de résider dans un hôpital, une institution spécialisée dans les soins psychiatriques légaux. L'objectif de ces lieux est de protéger la société contre les délinquants dangereux pour lesquels on suppose un risque élevé de récidive.


Le diagnostic

Les pyromanes ne sont pas bien compris et n'ont fait l'objet d'aucune étude empirique sérieuse et systématique avant ces dernières années. La pyromanie est une forme pathologique d'incendie volontaire décrite dans la quatrième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV). Avec la kleptomanie et le jeu pathologique, elle est classée dans la catégorie des "troubles du contrôle des impulsions non classés ailleurs". Alors que l'incendie criminel est généralement défini comme le fait de mettre délibérément le feu à un objet, quel qu'il soit, ou à une personne, l'incendie volontaire est considéré comme un concept plus large, car il n'implique pas une intention consciente de commettre le crime et ne fait pas de distinction entre les caractéristiques de base, telles que les causes, les effets ou les motifs.


L'acte d'incendier n'est pas secondaire à la maladie mentale dans le cas du pyromane, il est le fondement du fonctionnement psychopathologique du sujet. Depuis sa création au XIXe siècle par Esquirol et Marc, cette notion a alimenté diverses discussions et suscité quelques incertitudes.


Marc a utilisé le mot "pyromanie" en 1833 pour décrire une personne qui n'est pas dépourvue de conscience ou de sens moral mais qui a une envie irrépressible de brûler.

Sur la base de leurs recherches sur les "pyromanes pathologiques", Jackson, Hope et Glass (1987) se sont demandés pourquoi les incendiaires se distinguent des autres délinquants violents. Les incendies criminels psychopathologiques ont été liés à des troubles affectifs comme la dépression et la schizophrénie.


Les incendiaires ont tendance à être pris en charge ou placés en détention à un âge plus précoce que les délinquants violents. Seulement 2 % des personnes accusées d'incendie criminel sont déclarées non criminellement responsables. Une distinction pourrait être faite entre les personnes atteintes de troubles psychologiques et celles qui mettent le feu pour des raisons idiosyncratiques (Caractères propres au comportement d’un individu particulier). Les pyromanes à motivation sexuelle ne semblent représenter qu'un faible pourcentage de la population.


Bleuler (1911) préconisait que la pyromanie soit classée comme un état impulsif " psychopathique ", mais d'autres la classent comme un trouble névrotique et obsessionnel. Ey, Bernard et Brisset assimilaient le pyromane (terme qu'ils semblent utiliser de façon interchangeable avec celui d'incendiaire) aux "déséquilibrés psychopathes et alcooliques" qui étaient fréquents, selon eux, dans les milieux ruraux. Comme beaucoup d'autres, ils associaient la pyromanie à une perversion sexuelle associée à la symbolique sexuelle du feu et de la flamme.


Motivations

L'incapacité de résister à une impulsion (comme en témoigne le groupe de troubles du contrôle des impulsions dans lequel la pyromanie est classée) et la qualité planifiée et réfléchie du comportement créent une certaine incertitude (parmi les critères diagnostics). Dans ce cas, le DSM évite un examen compliqué mais inévitable sur les concepts d'impulsivité et de réflexion, et, plus largement, de conscience et de volonté.


La vengeance ou la colère sont les motifs le plus courant des incendies criminels, représentant jusqu'à 40 % dans certains cas. Les motifs sont aussi généralement rapportés rétrospectivement, et ils peuvent être ambigus. Les incendies criminels fréquents sont souvent entrepris avec plus d'un motif à l'esprit ou sans aucun motif. Des chercheurs ont proposé une typologie basée principalement sur une dimension organisée-désorganisée :


  • Les incendiaires désorganisés ont tendance à utiliser des matériaux trouvés sur les lieux, des dispositifs d'allumage courants et laissent souvent des preuves matérielles sur les lieux.

  • Le pyromane organisé utiliserait des dispositifs incendiaires élaborés, une approche méthodique pour mettre le feu, et laisserait peu de traces sur les lieux.


Dans une tentative de classification des incendiaires en série, Kocsis et Cooksey ont proposé un modèle, basé sur des tentatives empiriques antérieures de profilage des incendiaires récidivistes. Le modèle contient quatre schémas comportementaux discrets qui relient le comportement d'incendie criminel en série aux caractéristiques probables du délinquant :


  • La colère, présente certaines similitudes avec le pyromane motivé par la vengeance.

  • L’excitation, schéma selon lequel les individus allument plusieurs feux pour l'excitation ou la satisfaction.

  • Le ressentiment, est classé par un sentiment généralisé sur une catégorie vague de cibles.

  • Le dernier groupe est appelé le modèle sexuel et se caractérise par l'allumage de feux pour l'excitation ou la gratification sexuelle


La recherche sur les caractéristiques des pyromanes peut être utile au développement général des programmes de traitement et à l'évaluation des risques, mais elle apporte relativement peu à la compréhension des causes sous-jacentes des incendies criminels. Les études théoriques sur des facteurs plus dynamiques sont importantes.


Psychopathologie

On connaît mal les caractéristiques de base des pyromanes et les motifs qui les poussent à commettre leurs crimes. Selon la littérature, un pyromane sur quatre est un récidiviste (Kolko, 1985). Les pyromanes souffrent souvent de nombreux symptômes psychiatriques, tels que la psychose, la dépression et la paranoïa.


Le discours psychanalytique sur les incendies criminels et la pyromanie suppose que seuls les hommes ont le désir sexuel d'allumer des feux. Pourtant, des femmes pyromanes, bien qu'apparemment rares depuis le début du 20e siècle, ont été signalées comme allumant un feu, le regardant brûler et se masturbant.


Cela a conduit d'autres théoriciens et chercheurs à envisager le lien entre l'excitation sexuelle et le feu sous d'autres angles, voire à écarter complètement ce facteur. Dans le même ordre d'idées, du moins en ce qui concerne une minorité non négligeable de femmes pyromanes, des études ont rapporté une association entre la mise à feu et l'automutilation.


Emotions

De nombreux chercheurs soutiennent que le feu est un "message relationnel" et un "acte communicatif". Pour identifier cette forme d'acte incendiaire avec une valeur de message surnommée "feu relationnel", Geller introduit l'idée d'un "incendie criminel communicatif". Les commentaires divergent sur le caractère volontaire de l'acte communicatif, sur l'identification exacte du destinataire du message, mais ces auteurs semblent s'accorder sur le fait que le feu transporte des informations. Certains le considèrent comme une forme de communication pour les personnes qui ne peuvent pas s'exprimer verbalement, tandis que d'autres le perçoivent comme un appel à l'aide.


Certains individus ne sont pas à l'aise avec l'expression de leurs émotions. Cela peut être dû au fait que la personne est inadaptée sur le plan social et/ou interpersonnel. Les personnes qui n'ont jamais appris à adopter des comportements directs et sains pour exprimer ou soulager leurs tensions sexuelles et émotionnelles peuvent se tourner vers des comportements indirects et malsains comme l'allumage d'incendies. Les pyromanes souffrant de troubles mentaux avaient souvent des antécédents de psychose dans leur famille, présentaient un comportement sexuel anormal et venaient de familles désorganisées. Certains individus en viennent à croire que le feu a un pouvoir magique.


Grâce à l'incendie criminel, les individus socialement inadaptés parviennent à contrôler leurs émotions normales d'impuissance, de honte et d'échec. Reinhardt (1957) a décrit les pyromanes à motivation sexuelle comme des délinquants de l'excitation. Les défenseurs de cette théorie affirment qu'elle est facilement applicable aux adultes pyromanes qui sont incapables d'agir de façon appropriée sur les pulsions sexuelles et agressives qu'ils essaient de gérer. Ces individus agissent apparemment en général contre des objets inanimés, ou des objets fétiches, plutôt que contre des personnes en raison de leurs carences sociales profondes.


Conditionnement

Pour Lande (1980), les individus peuvent développer au fil du temps une association répétée entre le feu, l'excitation et l'excitation sexuelle jusqu'à ce qu'ils aient un fétichisme du feu, ou une excitation sexuelle résultant principalement ou exclusivement de l'observation et/ou de la mise à feu.


Grâce à l'incendie criminel, les individus inadaptés socialement parviennent à contrôler leurs émotions normales d'impuissance, de honte et d'échec, ce qui procure du plaisir à l'ego du délinquant. L'incendie criminel est un comportement appris pour répondre aux problèmes liés aux domaines impliquant le sexe et l'agression.


Les enfants qui grandissent dans un foyer dysfonctionnel, qui sont victimes d'abus sexuels ou qui sont mal éduqués n'apprennent jamais les moyens appropriés d'exprimer leur tension ou leur excitation sexuelle. Tout comme pour l'agression, les individus se tournent vers des solutions déviantes telles que la mise à feu.


Une étude

L'objectif principal de cette étude était d'examiner les caractéristiques typiques des incendiaires ainsi que les motifs de leurs passages à l’acte.

L’étude portait sur 25 patients admis sous contrainte à "De Kijvelanden", un hôpital TBS néerlandais, pour cause d'incendie criminel. Ils ont été comparés à 50 délinquants non-pyromanes.


Les principales conclusions de cette étude peuvent être résumées comme suit. Les délires ont été jugés comme étant la cause la plus fréquente des incendies criminels chez les pyromanes, certains de ces patients ont affirmé avoir mis le feu sous l'influence d'hallucinations auditives (impératives) ou de pensées délirantes. Les troubles psychotiques majeurs étaient moins fréquents chez les pyromanes (28%) que chez les non- pyromanes (54%). Le retard mental n'est pas plus fréquent chez les pyromanes. Les pyromanes sont plus fréquemment dépendant à l’alcool. Il semblerait que les pyromanes aient plus de difficultés à contrôler leur impulsivité que les autres délinquants.


Le système néerlandais TBS, qui est l'un des plus anciens systèmes de traitement des criminels souffrant de troubles psychiatriques, a traditionnellement mis l'accent sur les troubles de la personnalité et les traits psychopathiques. Nous n'avons trouvé aucune différence entre les pyromanes et les non- pyromanes en ce qui concerne la prévalence des troubles de la personnalité.


Conclusion

De nombreux pyromanes semblent être le produit d'environnements sociaux appauvris, avec des antécédents criminels et antisociaux remontant à un âge précoce, et certains carences personnelles telles que l'abus d'alcool. Les classifications de plus en plus complexes des pyromanes ne peuvent remplacer la théorie. De nombreuses théories remontant au début du 19e siècle tentent de rendre compte des actes étranges et irrationnels des incendiaires.


Il semble important de faire la distinction entre les pyromanes qui sont bien conscients de la nature et du résultat de leur comportement incendiaire et ceux qui ne sont pas conscients de leur propre état d'esprit et/ou qui sont incapables de contrôler leurs propres actions.





SOURCES :

• Backgrounds and characteristics of arsonists

Author: Wim Labree,Henk Nijman,Hjalmar van Marle,Eric Rassin

Publication: International Journal of Law and Psychiatry

Publisher: Elsevier

Date: July–August 2010

• Theory, research, and intervention with arsonists

Author: James Horley,Desirae Bowlby

Publication: Aggression and Violent Behavior

Publisher: Elsevier

Date: May–June 2011

239 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page