top of page

La danse sociale des neurones

Le ballet des neurones


Imaginez une salle de bal, pleine de danseurs qui se meuvent gracieusement au rythme de la musique. Chaque danseur est parfaitement synchronisé avec son partenaire, suivant les mouvements de l'autre avec une étonnante précision et harmonie. Cette salle de bal est en réalité votre cerveau, et les danseurs sont vos neurones. Ils ne dansent pas au son de la musique, mais réagissent aux signaux chimiques qui les traversent, les poussant à s'activer ou à se désactiver. Parmi ces danseurs, un groupe spécial, les neurones à hypocrétine/orexine, joue un rôle essentiel dans la régulation de l'interaction sociale. Dans cet article, nous allons plonger dans l'univers captivant des neurones à hypocrétine/orexine et découvrir comment ils influencent notre comportement social.



Le rôle des neurones à hypocrétine/orexine dans l'interaction sociale


Quand on parle d'interaction sociale, on pense généralement à des facteurs comme la communication verbale et non verbale, la compréhension des émotions et des intentions d'autrui, ou encore les normes et les règles sociales. Ce que l'on sait moins, c'est que toutes ces interactions sont finement régulées par notre cerveau, et en particulier par un type de neurones appelés neurones à hypocrétine/orexine.


Mais qu'est-ce que l'hypocrétine/orexine et pourquoi est-ce important pour nos interactions sociales ? Pour le comprendre, il faut d'abord savoir que notre cerveau est un réseau complexe de neurones, qui communiquent entre eux en envoyant et en recevant des signaux chimiques. Ces signaux chimiques sont appelés neurotransmetteurs ou neuropeptides.


L'hypocrétine/orexine est l'un de ces neuropeptides. Il a été découvert en 1998 et a depuis été reconnu comme un acteur clé dans plusieurs processus importants pour notre survie et notre bien-être, comme la régulation de nos cycles de sommeil et d'éveil, notre motivation à accomplir des tâches ou à rechercher des récompenses, et même le bon fonctionnement de certaines de nos fonctions corporelles automatiques, comme la respiration ou le rythme cardiaque.


En ce qui concerne les interactions sociales, les neurones à hypocrétine/orexine jouent un rôle essentiel. En effet, leur activité change en fonction de la personne avec laquelle nous interagissons. Par exemple, une étude récente a montré que ces neurones sont plus actifs lorsque nous interagissons avec une personne que nous ne connaissons pas bien par rapport à une personne avec laquelle nous sommes familiers. Cela suggère que les neurones à hypocrétine/orexine pourraient nous aider à ajuster notre comportement social en fonction de la situation, ce qui est crucial pour naviguer avec succès dans nos relations sociales.



Comment cette étude a-t-elle été menée ?


L'étude en question, intitulée "Les neurones à hypocrétine/orexine codent pour la discrimination sociale et présentent une nécessité sexo-dépendante pour l'interaction sociale", a été menée de manière rigoureuse et détaillée. Pour déterminer comment ces neurones influencent l'interaction sociale, les chercheurs ont observé leur activité en réponse à différentes situations sociales. Ils ont utilisé des techniques de pointe en neurosciences, comme l'optogénétique et l'enregistrement de l'activité neuronale, pour suivre l'activité des neurones à hypocrétine/orexine pendant que les sujets interagissaient avec d'autres. Ils ont également étudié comment les changements dans l'activité de ces neurones affectent le comportement social en utilisant des manipulations génétiques pour augmenter ou diminuer leur activité.



Une danse complexe


Les résultats de l'étude étaient aussi fascinants que la danse des neurones elle-même. Il a été démontré que l'activité des neurones à hypocrétine/orexine varie en fonction de la nature de l'interaction sociale. Par exemple, ils sont plus actifs lorsqu'un individu interagit avec une personne qu'il ne connaît pas bien par rapport à une personne familière. De plus, l'étude a révélé un aspect intéressant : l'activité de ces neurones est nécessaire pour l'interaction sociale chez les mâles, mais pas chez les femelles. En outre, la diminution de l'activité ou du signal de ces neurones perturbe l'interaction sociale uniquement chez les mâles.



Évaluation personnelle - Comment vos neurones dansent-ils ?


Pour vous aider à comprendre comment les résultats de cette étude peuvent s'appliquer à votre propre vie, nous avons élaboré un questionnaire. Ce questionnaire vous aidera à vous interroger sur vos propres comportements sociaux et la manière dont ils pourraient être influencés par l'activité de vos neurones à hypocrétine/orexine.

  1. Avez-vous tendance à être plus sociable lorsque vous êtes reposé(e) ?

    • (a) Oui, je suis généralement plus sociable après un bon repos.

    • (b) Non, mon niveau de repos n'influence pas ma sociabilité.

    • (c) Je ne suis pas sûr(e).

  2. Préférez-vous passer du temps avec des personnes que vous connaissez déjà bien ?

    • (a) Oui, je préfère passer du temps avec des personnes que je connais bien.

    • (b) Non, je préfère rencontrer de nouvelles personnes.

    • (c) Je n'ai pas de préférence.

  3. Avez-vous déjà remarqué que votre comportement social est influencé par votre sexe ou votre identité de genre ?

    • (a) Oui, mon sexe ou mon identité de genre semble influencer ma sociabilité.

    • (b) Non, je ne pense pas que mon sexe ou mon identité de genre influence ma sociabilité.

    • (c) Je n'en suis pas sûr(e).

  4. Considérez-vous votre niveau de sociabilité comme une caractéristique permanente ou pensez-vous qu'il peut changer en fonction des circonstances ?

    • (a) Je considère ma sociabilité comme une caractéristique permanente de ma personnalité.

    • (b) Je pense que ma sociabilité peut changer en fonction des circonstances.

    • (c) Je n'en suis pas sûr(e).

Grille de cotation :

Pour chaque réponse (a), donnez-vous 1 point. Pour chaque réponse (b), donnez-vous 2 points. Pour chaque réponse (c), donnez-vous 3 points.


Grille d'interprétation :

  • 4-6 points : Il est possible que vous ayez une activité élevée des neurones à hypocrétine/orexine, favorisant les interactions sociales avec des personnes familières et lorsque vous êtes bien reposé(e).

  • 7-10 points : Vous semblez avoir une activité équilibrée des neurones à hypocrétine/orexine, ce qui peut rendre votre comportement social flexible et adaptable.

  • 11-12 points : Il est possible que vous ayez une activité plus faible des neurones à hypocrétine/orexine, ce qui pourrait vous rendre plus à l'aise dans des situations moins sociales ou avec de nouvelles personnes.

Veuillez noter que ce questionnaire est purement informatif et ne peut pas remplacer un diagnostic professionnel. Si vous avez des questions concernant votre comportement social ou votre santé mentale, veuillez consulter un professionnel de la santé.

Veuillez noter que ce questionnaire est purement informatif et ne peut pas remplacer un diagnostic professionnel. Si vous vous interrogez sur votre santé mentale ou votre comportement social, il est recommandé de consulter un professionnel de santé.



L'hypocrétine/orexine - Une danse qui ne fait que commencer


La découverte du rôle de l'hypocrétine/orexine dans l'interaction sociale ouvre de nouvelles voies de recherche passionnantes. Ces neurones font partie d'un réseau complexe qui régule une gamme de processus physiologiques, de la veille et du sommeil à la motivation et à la récompense. Leur dégénérescence a été liée à des troubles du sommeil comme la narcolepsie. Les recherches futures pourraient révéler d'autres facettes de la danse de l'hypocrétine/orexine, élargissant notre compréhension de la façon dont notre cerveau régule notre comportement. Les implications de ces découvertes pourraient être vastes, allant de la compréhension de conditions telles que la narcolepsie et d'autres troubles du sommeil à la mise au point de nouvelles approches thérapeutiques pour ces conditions. La danse des neurones à hypocrétine/orexine ne fait que commencer, et il nous reste encore beaucoup à apprendre de leurs mouvements.





SOURCE :

Hypocretin/orexin neurons encode social discrimination and exhibit a sex-dependent necessity for social interaction. Author: Matthew Dawson,Dylan J. Terstege,Naila Jamani,Mio Tsutsui,Dmitrii Pavlov,Raluca Bugescu,Jonathan R. Epp,Gina M. Leinninger,Derya Sargin. Publication: Cell Reports Date: 25 July 2023

38 vues0 commentaire

コメント


bottom of page