• Vos contributions

Note d'un dépressif par Louis

Peur de ce qui est fait demain

L'impression d'être un sans destin 

Pas besoins de faire un dessin

J'espère redevenir l'être 

Que j'étais dans le passé

Qui m'a fait naître 

Celui où je me suis surpassé 

Celui pour qui je me suis dévoué 

Rien que d'en parler j'en ai la gorge nouée 

Mais ce qui m'attend

N'est pas aussi beau que le soleil levant

Mais un futur 

Beaucoup trop noir

Ou l’estime de moi est dérisoire

J'peux même plus m'asseoir

Et m'regarder dans un miroir

J'essaye d'y voir le reflet de mon âme 

Je n'y vois que des états d'âme

Je n'y vois que les contour d'une silhouette 

Ou le néant d'une âme noire 

Livide comme une armoire 

Le vide du désespoir

Un mec dénué de sens 

De reflet de son propre reflet

De son être imparfait 

Un mec qui a combattu

Qui s'avoue quasi vaincu

Qui savoure ce qu'il n'est plus 

Je passe mon temps dans le présent à penser au passé 

Rêver de ce qui est dépassé

J'suis un être surfait 

Le produit de ma pensée désorganisée

Un être sensé 

Qui est scindé

Entre saint d'esprit 

Et l’inouï et l'a priori 

Parfaire ce que je veux refaire 

Fumer et brûler mon hémisphère

Penser consumer et s'élever     

Surconsommer ce qui me sert de pensée

Je me perds dans ma propre réflexion

J'ai trop creusé mon introspection 

Que c'en est devenu mon cercueil 

On me réserve un bon accueil

Par celui qui a raté ma confection 

Un peu d'affection 

Pour contenir mes émotions

Sale pute de dépression 

Je me mets en mode déconnexion


Je ressens comme une odeur de confiance 

Ça me renvoie dans le temps 

Ou l’idée de me consumer 

Ne faisait pas partie de ma réalité 

À part celle pour le goudron dans mes poumons 

Je me vois marcher en direction de ma bien aimée  

Qui deviendra ma bien hainée 

Car ce que j'ai construit de moi 

Celui qui n'a pas d'état d’âme 

Finira comme notre dame 

J'avais surpassé mes peurs, mes pleurs, mes erreurs 

Pour devenir un homme meilleur 

Temps et patience il m'aura fallu  

Pour réussir mon devenir et mon devenu 

Tout ce que j'ai voulu 

Je voyais la vie en rose 

Et maintenant je fais de la prose 

J’étais devenu ce que j'ai rêvé  

J'avais de-convenu ce que j'ai cauchemardé 

Et je m'étais surpassé  

Maintenant je suis dépassé 

La vie change pour une syllabe 

1360 avenue de la Justice de Castelnau, 34090 Montpellier

  • Blanc Facebook Icône
  • Psy sur Twitter