top of page

Les biomarqueurs en psychiatrie: une révolution dans le diagnostic et le traitement

Les troubles psychiatriques, tels que l'autisme, la schizophrénie, les troubles anxieux et les troubles de l'humeur, affectent des millions de personnes à travers le monde. Les biomarqueurs en psychiatrie sont essentiels pour améliorer le diagnostic, le pronostic et les choix de traitement. Dans cet article, nous explorons les différentes classes de biomarqueurs et leurs applications potentielles pour aider les patients et leurs familles à mieux comprendre et gérer ces troubles complexes.



Qu'est-ce qu'un biomarqueur


Un biomarqueur est une mesure biologique objective qui indique l'état normal, pathologique ou pharmacologique d'un individu. Les biomarqueurs sont utilisés pour évaluer les risques, les sous-groupes et les réponses aux traitements dans diverses maladies. En psychiatrie, ils sont particulièrement utiles pour améliorer le diagnostic et le pronostic des troubles psychiatriques.


Les différentes classes de biomarqueurs en psychiatrie :

La Food and Drug Administration (FDA) classe les biomarqueurs en fonction de leurs applications. Les biomarqueurs non invasifs, tels que l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et l'électroencéphalogramme (EEG), sont particulièrement intéressants en psychiatrie. D'autres biomarqueurs incluent les tests génétiques, les marqueurs périphériques et les marqueurs du système nerveux central.



Biomarqueurs génétiques


Dans le domaine de l'autisme (troubles du spectre autistique, TSA), les tests génétiques sont le principal biomarqueur utilisé. Ils permettent d'évaluer les risques et d'identifier les sous-groupes. De nombreuses recherches explorent également l'utilisation de biomarqueurs périphériques et cérébraux pour les TSA.


Les troubles anxieux et les troubles de l'humeur présentent des biomarqueurs génétiques potentiels, bien que les résultats des études génétiques soient souvent mitigés. Des mécanismes épigénétiques et une combinaison de marqueurs peuvent offrir des informations plus précises.


Biomarqueurs périphériques


Les biomarqueurs périphériques sont des substances présentes dans le sang, l'urine ou d'autres fluides corporels qui peuvent être utilisées pour suivre l'évolution d'une maladie ou évaluer la réponse à un traitement. Cependant, pour les TSA, la schizophrénie et les troubles anxieux, aucun biomarqueur périphérique n'est encore prêt pour une utilisation clinique.



Biomarqueurs du système nerveux central


Les chercheurs étudient les biomarqueurs du TSA, de la schizophrénie et des troubles anxieux dans le système nerveux central en utilisant des techniques comme l'IRM, l'EEG et le prélèvement du liquide céphalorachidien (LCR). Certains marqueurs cérébraux et biomarqueurs basés sur la sérotonine et la vasopressine semblent prometteurs pour identifier les sous-groupes et la réponse au traitement.



Défis et perspectives


Le développement et la validation de biomarqueurs en psychiatrie présentent plusieurs défis. Premièrement, les troubles psychiatriques sont complexes et hétérogènes, ce qui rend difficile l'identification de biomarqueurs spécifiques. Deuxièmement, il existe souvent une chevauchement entre les troubles, ce qui complique davantage la recherche de marqueurs spécifiques. Enfin, les biomarqueurs doivent être validés à travers des études rigoureuses et des cohortes de patients diversifiées avant d'être adoptés en clinique.


Malgré ces défis, les biomarqueurs psychiatriques offrent un grand potentiel pour améliorer le diagnostic, le pronostic et le traitement des troubles psychiatriques. Les avancées technologiques et les approches de recherche collaborative accélèrent la découverte et la validation des biomarqueurs. Avec le temps, ces outils pourront aider les patients et leurs familles à naviguer dans le complexe paysage des troubles psychiatriques et à trouver des traitements personnalisés et efficaces.



En conclusion, les biomarqueurs en psychiatrie représentent une révolution dans la manière dont nous abordons le diagnostic et le traitement des troubles psychiatriques. Bien que des défis subsistent, les recherches en cours et les avancées technologiques offrent l'espoir d'améliorations significatives pour les patients et leurs familles. En continuant à étudier les biomarqueurs et en investissant dans la recherche et le développement, nous serons en mesure de mieux comprendre et traiter les troubles psychiatriques à l'avenir.




SOURCE :

Abi-Dargham, A., Moeller, S.J., Ali, F., DeLorenzo, C., Domschke, K., Horga, G., Jutla, A., Kotov, R., Paulus, M.P., Rubio, J.M., Sanacora, G., Veenstra-VanderWeele, J. and Krystal, J.H. (2023), Candidate biomarkers in psychiatric disorders: state of the field. World Psychiatry, 22: 236-262. https://doi.org/10.1002/wps.21078

35 vues0 commentaire

Comments


bottom of page