top of page

Changez de comportement grâce à la Théorie du Comportement Planifié

Sur le fil tendu de nos vies se joue un ballet quotidien, celui de nos comportements. A chaque instant, nous choisissons comment agir, que ce soit pour choisir un plat à cuisiner, ou décider de faire de l'exercice. Mais qu'est-ce qui pousse certains d'entre nous à s'engager dans des comportements particuliers tandis que d'autres hésitent ou prennent une voie différente ? La réponse pourrait se trouver dans une théorie psychologique puissante et influente connue sous le nom de "Théorie du Comportement Planifié" (TCP).



Plongée dans la Théorie du Comportement Planifié


Au cœur de la TCP, trois facteurs déterminent le comportement humain : les attitudes envers le comportement, les normes subjectives (la pression sociale que nous ressentons pour adopter ou non le comportement), et le contrôle comportemental perçu (notre propre évaluation de notre capacité à adopter le comportement).

  1. Attitudes : Si une personne est convaincue que le recyclage est essentiel pour protéger l'environnement, cette attitude positive peut la motiver à recycler régulièrement ses déchets. À l'inverse, si elle pense que le recyclage est inutile ou trop compliqué, cette attitude négative peut la dissuader de recycler.

  2. Normes subjectives : Si les amis de Sophie la félicitent chaque fois qu'elle va à la salle de sport, elle peut ressentir une pression sociale positive pour continuer à faire de l'exercice. En revanche, si ses collègues se moquent de son régime alimentaire sain, elle peut ressentir une pression sociale négative qui pourrait la dissuader de manger sainement.

  3. Contrôle comportemental perçu : Si Sophie croit qu'elle a le temps et l'énergie nécessaires pour faire de l'exercice tous les jours, c'est un signe d'un contrôle comportemental perçu élevé. Cependant, si elle pense qu'elle est trop occupée ou trop fatiguée pour faire de l'exercice, cela indique un faible contrôle comportemental perçu.

Ces facteurs, combinés à l'intention d'un individu de s'engager dans le comportement, sont censés influencer notre comportement réel.

Imaginez ces trois facteurs comme les ingrédients principaux d'un plat complexe que vous préparez. Les attitudes sont vos goûts personnels, les normes subjectives sont les conseils de votre grand-mère sur la façon de le faire, et le contrôle comportemental perçu est votre confiance en vos compétences culinaires.



Le pouvoir des modèles longitudinaux


Avec une méta-analyse récente, nous avons fait un pas de plus vers une meilleure compréhension de la TCP. Cette étude a synthétisé les recherches utilisant des modèles longitudinaux, qui mesurent les concepts de cognition sociale, les intentions et le comportement à plusieurs reprises. Il en résulte un aperçu plus précis de la façon dont les concepts de la TCP évoluent avec le temps



Le cas de Sophie : Transformer l'intention en action grâce à la TCP


Sophie est une femme de 32 ans, mère de deux enfants, qui travaille à temps plein. Récemment, Sophie a exprimé le désir de commencer à faire de l'exercice régulièrement pour améliorer sa santé physique et mentale. Toutefois, malgré ses intentions positives, elle a du mal à intégrer l'activité physique à sa routine quotidienne chargée. Voyons comment la Théorie du Comportement Planifié peut être utilisée pour aider Sophie à passer de l'intention à l'action.

  • Étape 1 : Comprendre les attitudes de Sophie

La première étape consiste à explorer les attitudes de Sophie envers l'exercice. Sophie pourrait avoir des attitudes positives, comme croire que l'exercice est bon pour sa santé, ou négatives, comme craindre que l'exercice ne lui prenne trop de temps. En discutant avec Sophie et en identifiant ses attitudes, son thérapeute peut travailler avec elle pour renforcer les attitudes positives et atténuer les attitudes négatives.

  • Étape 2 : Explorer les normes subjectives

Les normes subjectives de Sophie - c'est-à-dire la pression sociale qu'elle ressent pour faire de l'exercice - peuvent également jouer un rôle dans son comportement. Par exemple, Sophie pourrait se sentir encouragée à faire de l'exercice si ses amis et sa famille le font également, ou elle pourrait se sentir découragée si ses collègues la taquinent pour ses tentatives de se mettre en forme. En identifiant ces pressions sociales et en travaillant pour les atténuer ou les utiliser à son avantage, Sophie peut être mieux placée pour passer à l'action.

  • Étape 3 : Examiner le contrôle comportemental perçu

Le contrôle comportemental perçu de Sophie - c'est-à-dire son sentiment d'être capable de faire de l'exercice régulièrement - est un autre facteur clé. Si Sophie ne croit pas qu'elle est capable de faire de l'exercice, elle sera moins susceptible de le faire. Le thérapeute peut travailler avec Sophie pour établir un plan d'exercice réaliste et atteignable qui renforce sa confiance en sa capacité à s'engager dans l'activité physique.

  • Étape 4 : Travailler sur l'intention de Sophie

Une fois que Sophie a une attitude

positive envers l'exercice, ressent un soutien social pour le faire, et croit qu'elle peut le faire, elle est plus susceptible d'avoir l'intention de s'engager dans l'activité physique. Cependant, l'intention seule ne suffit pas - il faut encore passer à l'action. Le thérapeute peut aider Sophie à transformer son intention en action en élaborant un plan concret qui tient compte de son emploi du temps chargé et de ses responsabilités familiales.


Ainsi, en utilisant la TCP, le thérapeute peut aider Sophie à passer de l'intention à l'action et à faire de l'exercice une partie régulière et gratifiante de sa vie. C'est une illustration concrète de la façon dont la TCP peut être utilisée pour aider les individus à modifier leur comportement de manière positive.



Hypothèses étendues : une exploration approfondie de la TCP


Plusieurs hypothèses ont été examinées lors de cette méta-analyse pour explorer divers aspects de la TCP et de ses prédictions dans le temps. Les résultats sont impressionnants et complexes, mais nous pouvons en extraire quelques points clés :

  1. La stabilité de la construction : Cette hypothèse examine comment nos attitudes, normes subjectives, et contrôle comportemental perçu changent avec le temps. C'est un peu comme demander comment notre recette change lorsque nous l'essayons encore et encore.

  2. Prédictions théoriques à l'intérieur et entre les occasions : Cette hypothèse vise à déterminer si nos attitudes, normes subjectives et contrôle comportemental perçu peuvent prédire nos intentions à long terme.

  3. Cohérence dans le temps : La question ici est de savoir si les effets de la TCP restent constants dans le temps.

  4. Effets réciproques entre les concepts : Cette hypothèse examine si les attitudes peuvent prédire les intentions au fil du temps, si l'effet est à l'opposé, ou si les deux effets sont présents.


La TCP en action : implications pour la promotion de la santé et le changement de comportement


Les résultats de cette méta-analyse sont extrêmement utiles pour la promotion de la santé et les interventions visant à modifier les comportements. Pensez à ces comportements de santé que nous avons du mal à adopter, comme l'activité physique régulière, l'alimentation saine ou le respect des thérapies médicales.


Grâce à cette nouvelle compréhension de la TCP, nous pouvons élaborer des interventions plus efficaces pour promouvoir le changement de comportement. Les interventions peuvent cibler les attitudes, les normes subjectives et le contrôle comportemental perçu pour promouvoir un changement de comportement durable. En outre, cette recherche souligne l'importance de mesurer ces concepts à plusieurs moments pour tenir compte des changements de comportement et du contexte social.



Questionnaire d'auto-évaluation basé sur la Théorie du Comportement Planifié


Étape 1 : Identification du comportement à changer

  • Quel est le comportement que vous souhaitez changer ? (Exemple : Je veux commencer à faire de l'exercice régulièrement.)

Étape 2 : Comprendre vos attitudes 2. Quels sont vos sentiments positifs concernant ce comportement ? (Exemple : Je me sentirai en meilleure santé, j'aurai plus d'énergie, etc.)

  • Quels sont vos sentiments négatifs concernant ce comportement ? (Exemple : Je crains que cela ne me prenne trop de temps, que je ne sois pas capable de le faire, etc.)

Étape 3 : Explorer vos normes subjectives 4. Qui dans votre entourage vous soutiendrait dans l'adoption de ce comportement ? (Exemple : mon conjoint, mes amis qui font déjà de l'exercice, etc.)

  1. Y a-t-il des personnes dans votre entourage qui pourraient vous dissuader de l'adoption de ce comportement ? (Exemple : mes collègues qui se moquent de mes tentatives d'être plus actif, etc.)

Étape 4 : Examiner votre contrôle comportemental perçu 6. Vous sentez-vous capable de mettre en place ce comportement dans votre vie quotidienne ? (Exemple : Oui, si je peux trouver le temps.)

  • Quels obstacles pourriez-vous rencontrer pour adopter ce comportement ? (Exemple : manque de temps, fatigue, etc.)

Étape 5 : Travailler sur vos intentions 8. Sur une échelle de 1 (pas du tout probable) à 10 (très probable), à quel point est-il probable que vous adoptiez ce comportement dans la semaine qui suit ?

  • Quelles mesures concrètes pouvez-vous prendre pour transformer cette intention en action ? (Exemple : planifier des séances d'exercice dans mon emploi du temps, trouver un partenaire d'exercice pour me motiver, etc.)

Après avoir rempli ce questionnaire, vous aurez une meilleure idée de vos attitudes, normes subjectives et contrôle comportemental perçu en ce qui concerne le comportement que vous souhaitez changer. Utilisez ces informations pour élaborer un plan d'action et passez à l'étape suivante pour changer votre comportement selon la Théorie du Comportement Planifié.



Conclusion


Comprendre et prédire le comportement humain est une tâche complexe. Cependant, avec la Théorie du Comportement Planifié et cette méta-analyse récente, nous avons des outils puissants pour comprendre comment nos comportements changent et évoluent avec le temps. En fin de compte, ces connaissances peuvent aider à créer des interventions plus efficaces et à nous aider à faire des choix plus sains, un comportement à la fois.





SOURCES :


Bellová, J., & Špírková, T. (2021). The Theory of Planned Behaviour as a Research Tool an Connection with Tax Law and Economics. Financial Law Review.

Martin S. Hagger & Kyra Hamilton (2023) Longitudinal tests of the theory of planned behaviour: A meta-analysis, European Review of Social Psychology, DOI: 10.1080/10463283.2023.2225897

Ajzen I. The theory of planned behaviour: reactions and reflections. Psychol Health. 2011 Sep;26(9):1113-27. doi: 10.1080/08870446.2011.613995. PMID: 21929476.

Klobas, J.E. (2012). The theory of planned behaviour as a model of reasoning about fertility decisions.

25 vues0 commentaire
bottom of page