Adéquation personne/culture : le bien-être subjectif

Le bien-être subjectif dépend de l’accord avec la culture dans laquelle on vit. Selon Ed Diener le bien-être subjectif s’évalue au regard de deux grands axes :


- L’évaluation cognitive qui décrit la manière dont nous considérons notre satisfaction globale dans la vie et notre satisfaction dans des domaines spécifiques.

- L’évaluation affective qui concerne notre expérience émotionnelle : l'expérience d'états positifs fréquents et intenses (par exemple, la joie, l'espoir et la fierté) et l'absence générale d'états négatifs (par exemple, la colère, la jalousie et la déception).

La correspondance entre une personne et la culture dans laquelle elle évolue est un des éléments importants du bien-être subjectif.


Par exemple, le soutien social confère des avantages en termes de bien-être et c’est ainsi que des enquêtes à grande échelle ont permis de soutenir cet effet « d'adéquation personne-culture ».

Ces enquêtes ont montré que les personnes religieuses sont mieux adaptées dans les pays religieux ou encore que les personnes riches sont plus heureuses dans les pays riches.

La correspondance d’une personne avec son milieu entraine un plus grand soutien social.

Cet effet de correspondance personne/culture est un des axes de travail pour comprendre les motivations à l’immigration : la recherche des bénéfices d’une meilleure correspondance, et les motivations à l’émigration : la fuite des coûts liés à une mauvaise correspondance.


Est-ce que votre personnalité vous rend sensible à votre adéquation avec la culture dans laquelle vous vivez ?

Dans cette étude, des chercheurs de l’université de Mannheim à Copenhague, ont recueilli les données de près de 3 millions de participants à travers 102 pays.


Leur objectif est de repérer des traits de personnalité qui influent sur les effets de la correspondance personne/culture.

En d’autres termes, les chercheurs veulent déterminer s’il existe des différences entre chaque personne qui pourraient conduire à rendre cet effet plus ou moins fort. Par exemple, une personne qui est en adéquation avec sa culture mais qui n’en bénéficie pas pour son bien-être personnel. Ou alors, à l’inverse, quelqu’un qui bénéficierait même d’un désaccord avec sa culture.


Résultats : Les résultats montrent un lien entre les traits de personnalité et l’effet de correspondance personne/culture.

Les traits qui renforcent les bénéfices de la correspondance ont plus d’influence que ceux qui la diminuent, ce qui expliquerait en partie pourquoi il est observé que globalement les personnes bénéficient de l’accord avec leur culture en termes de bien-être subjectif.

🟢 Voici les traits de personnalité qui renforcent l’adéquation personne/culture :


- La communalité (existence d’un organisme en tant que membre d’un collectif : sens de l’unité et de la coopération avec les autres individus) - L’agréabilité (une tendance à être compatissant et coopératif plutôt que soupçonneux et antagonique envers les autres) - Le névrosisme (contraire de stabilité émotionnelle : tendance à éprouver facilement des émotions désagréables comme la colère, l'inquiétude ou la dépression, vulnérabilité)

🔴 Voici les traits de personnalité qui diminuent l’effet :

- L’agentisme (mode d’existence d’un organisme en tant qu’individu séparé se manifestant par la différenciation, le contrôle et par l’affirmation et l’expansion du soi) - L’ouverture (appréciation de l'art, de l'émotion, de l'aventure, des idées peu communes ou des idées nouvelles, curiosité et imagination) - L’extraversion (énergie, émotions positives, tendance à chercher la stimulation et la compagnie des autres) - La conscienciosité (autodiscipline, respect des obligations, organisation plutôt que spontanéité ; orienté vers des buts).

SOURCES : https://doi.org/10.1177/0956797620951115

1360 avenue de la Justice de Castelnau, 34090 Montpellier

  • Blanc Facebook Icône
  • Psy sur Twitter